Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Zoom sur... arrow Zoom sur... arrow Martres -Tolosane : une sauveté
Martres -Tolosane : une sauveté Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par G. Pradalié   
04-04-2012

Image

Vue aérienne d’est en ouest 


     Comme Montmartre, Martres doit son nom à la présence de tombes chrétiennes très anciennes (martyria) et d’une église paléochrétienne. Elles ont été fouillées, dans les années 1950, par Jean Boube qui a mis au jour notamment plusieurs sarcophages et fragments de sarcophages du VIe siècle de notre ère.


Image

Sarcophage à décor géométrique

 
Image

Chrisme du sarcophage (alpha et oméga inversés)


Image

Petit côté de sarcophage à décor de pampres


Image

Chapiteau romain de la chapelle de Saint-Vidian (provenance Chiragan?)



     Le village de plan circulaire, quant à lui, remonte au moins au XIe siècle. C’est une sauveté, c’est-à-dire un village construit autour d’une église et sur son cimetière, espace qui bénéficie de la protection de l’Eglise contre les violences du temps (sauveté=lieu d’asile). Les villages circulaires d’Ibos (65), Saint-Martin d’Oydes (09) et bien d’autres dans la région ont la même origine.


Image

Le développement concentrique de Martres



     L’examen du plan cadastral montre que la sauveté s’est développée en deux temps. Un premier fossé, correspondant à l’actuelle rue du Vieux Martres et à la rue du couvent, délimite le noyau ancien. Un second fossé, à l’emplacement des boulevards actuels, marque l’extension maximum du village au XIVe siècle. Le mur d’enceinte, de construction médiocre, doit être de cette époque.



     Dès le XIe siècle au moins, l’église de Martres est celle d’un prieuré qui appartient à la grande abbaye Saint-Sernin de Toulouse. Les bâtiments du prieuré étaient accolés à l’église, au nord. Il n’en reste que la tour du XIIe siècle qui sert de soubassement au clocher actuel.

 

Image

La tour du prieuré et le clocher ; à gauche tour de l’escalier


Image

La tour du prieuré à l’intérieur : porte nord du premier étage



      A l’ouest, à l’extérieur du premier fossé et sans doute postérieur à la première sauveté, se dresse le donjon des seigneurs laïcs vassaux de Saint-Sernin chargés de renforcer la sécurité des lieux. Comme dans les tours de l’époque, on y accédait par une porte au premier étage; elle s’ouvre à l’est, du côté du village (il y en a une seconde au dessus). La façade nord, aujourd’hui percée d’ouvertures, était aveugle. Ce donjon abrite le musée archéologique.


Image

Le donjon vu du clocher


Image

Porte d’accès au premier étage : traces d’usure du seuil.



     Au XIe siècle, l’église du prieuré est dédiée à sainte Marie. Au fil du temps, l’édifice connaît d’incessantes transformations. Aux églises paléochrétienne et romane découvertes par Jean Boube, succèdent une église gothique (XIIIesiècle ?) puis la grande église actuelle du XVIe siècle, alors que le portail est d’une époque intermédiaire. Les fenêtres aveuglées et les arcs cintrés ou brisés pris dans le mur sud témoignent de certaines de ces transformations.


Image

L’église vue du sud


Image

Chapiteaux du portail (XIVe siècle)


Image

Mur intérieur sud : arcs d’édifices antérieurs



      Au nord de la nef, contre la tour du prieuré (aujourd’hui du clocher), s’ouvre la chapelle de Saint-Vidian. Vidian est un personnage mythique, néanmoins patron de l’église et de la paroisse. L’arc d’entrée en plein cintre d’inspiration romane est du XIIIe, la voûte et l’autel de la fin du XVe siècle.


Image

Nef de l’église et chapelles nord


Image

Entrée de la chapelle de Saint-Vidian


Image

Autel de la chapelle



      A droite de l’entrée de la chapelle, encastrée dans le mur, une inscription rappelle le décès de Bonet de Laran, sans doute un seigneur de Martres:


An(n)o D(omi)ni 1309 ter-

cia die ante dedicatione(m)

isti(us)ec(c)l(es)ie obiit Bonetus

de Larano cuj(u)s anima

req(u)iescat in pace a(men)

et iacet hic cum Joh(an)a

et Guillelma filiab(us) suis



L’an du seigneur 1309, le troisième jour avant la [fête de la] dédicace de cette église, est mort Bonet de Laran. Que son âme repose en paix, amen. Il gît ici avec Jeanne et Guillelma ses filles.


Image

Inscription funéraire de Bonet de Laran



Pour en savoir plus sur Martres, notre site Volvestre Patrimoine propose deux autres notices : Le château de Martres-Tolosane dit château de Thèbe et La pierre de Saint-Vidian à Martres-Tolosane.

Dernière mise à jour : ( 04-04-2012 )
 
< Précédent   Suivant >